offensive de l'armee syrienne

Dans l'après-midi, les défenseurs reçoivent des renforts et se regroupent. Le même jour, pour la première fois depuis l'été 2015, les rebelles tirent des roquettes sur la ville de Soueïda, mais sans faire de victimes[56],[57]. Le 25 juillet, les troupes du régime avancent au nord-ouest et au sud-est de l'enclave[54]. Le périmètre de la base étant lourdement protégé, la base ne tombe pas malgré un nombre très faible de combattants globalement peu expérimentés. Le lendemain, une cérémonie symbolique réunissant 300 personnes, soldats du régime, civils et quelques rebelles ayant accepté de déposer les armes, a lieu à Kuneitra, où l'assemblée hisse encore le drapeau national syrien en présence d'un portrait de Bachar el-Assad[141]. Les soldats et les policiers appuyés par des forces paramilitaires dominées par les milices chiites sont entrés dans le centre de Saqlawiya, située à environ 10 kilomètres au nord-ouest du fief jihadiste de Fallouja, dans la grande province occidentale d'al-Anbar. Cependant, des ex-rebelles ralliés au régime exécutent sommairement des dizaines de djihadistes faits prisonniers, tandis qu'à un autre endroit deux autres ex-rebelles retournent leurs armes contre des combattants loyalistes et abattent douze d'entre-eux[54]. Ces combattants avancent aussi vers Tabqa mais à partir du nord. L'offensive commence avec une action de l'armée syrienne et des forces de défense nationale qui prennent le contrôle des deux sommets (Tal Na'am et Tal Sab'in) situés au nord du lac Jabbūl[5]. Pour le régime, « le principal objectif est de casser le siège d'Alep » par les rebelles qui contrôlent quasiment toute la province, à l'exception d'une petite portion à l'est de la ville, selon la source militaire syrienne. Les forces syriennes capturent ensuite Tall-Riman[6]. Au matin du 24 septembre, l'infanterie navale russe prend part aux combats pour la première fois depuis son déploiement en Syrie et attaque les positions de l'EI au côtés de l'armée syrienne et de forces spéciales du Hezbollah[7]. En vous abonnant à L'Orient-Le Jour, vous contribuez à préserver son indépendance financière et donc éditoriale. Parstoday, 31 octobre 2018 : L'armée syrienne lance une attaque d'envergure dans la zone démilitarisée de la province d'Idlib, dans le nord-ouest syrien, après le refus des terroristes de s'en retirer. La région de Deraa, ainsi que celle de Kuneitra et une partie de celle de Soueïda, forment alors une des quatre « zones de désescalade » instaurées en Syrie et elle est celle où le cessez-le-feu a été le mieux respecté depuis sa mise en vigueur[16],[17]. L'État islamique rassemble alors le gros de ses forces à Shajarah, la dernières localité d'importance encore sous son contrôle dans la région[54]. En raison de son caractère modéré, le Front du Sud a également bénéficié d'aides de la part des États-Unis, de la Jordanie et d'Israël, et plus de la moitié de ses combattants ont reçu une formation militaire de la part des Américains et des Jordaniens[3]. Votre message n'a pas pu être envoyé. L'offensive commence avec une action de l'armée syrienne et des forces de défense nationale qui prennent le contrôle des deux sommets (Tal Na'am et Tal Sab'in) situés au nord du lac Jabbūl [5]. Le 20 juillet, les djihadistes s'emparent d'une dizaine de villages au nord de leur enclave, abandonnés par les rebelles[54]. Les soldats de l'EI parviennent à se regrouper et lancent une contre-attaque rapide grâce à laquelle ils regagnent une partie du territoire perdu et freinent l'avancée des forces gouvernementales. L'armée syrienne appuyée par l'allié russe est entrée samedi pour la première fois depuis deux ans dans la province de Raqqa, où le groupe État islamique (EI) risque d'être pris en tenaille. En juin 2013, après la capture de Qousseir, les forces gouvernementales lancent l'offensive Northern Storm dans la province d'Alep afin de reconnecter les zones disparates sous son contrôle dans la province afin de rouvrir des routes d'approvisionnement. Une retraite majeure des soldats de l'EI s'opèrent alors dans la région d'Alep[17]. La ville avait été prise aux forces kurdes par les rebelles djihadistes en juillet 2013[11]. Plusieurs anciens leaders de la rébellion appellent alors à la désobéissance civile[175]. Le 1er juillet, cinq autres localités, dont Bosra, tenue par Chabab al-Sunna (en), l'un des plus importants groupes du Front du Sud, se rendent à leur tour au régime, ce qui vaut à Ahmad Al-Awdeh, le chef de Chabab al-Sunna, des accusations de « trahison » de la part de nombreux autres rebelles[62],[97]. © 2020 L’Orient-Le Jour. Le 10 novembre, les combats perdurent autour et à l'intérieur de la base. La dernière modification de cette page a été faite le 3 septembre 2020 à 01:00. Depuis longtemps Israël s'oppose à une présence de l'Iran, ou des milices chiites qui lui sont affiliées, dans le sud de la Syrie, près de ses frontières[27],[26]. Ils disent une chose en public et, en privé, ils disent le contraire. En revanche, ils doivent combattre pour reprendre le village d'al-Tiha aux rebelles[119]. Durant l'opération, l'armée syrienne perd 57 hommes et déplore plus de 200 blessés[22]. Selon l'OSDH, le régime contrôle alors 90 % du gouvernorat de Deraa[120], tandis que le bilan de l'ensemble des combats livrés les 15 et 16 juillet est d'au moins 43 morts chez les loyalistes, 48 chez djihadistes de Hayat Tahrir al-Cham et les rebelles, ainsi que 15 civils tués par les frappes aériennes[122]. Coronavirus et liberté d’expression (vidéo 3’24), Coronavirus - Un jour si je suis pas mort, j’irai témoigner dans les écoles, Coronavirus - Le pouvoir a continué à supprimer des lits d’hôpitaux, et même des lits de réanimation, après le 1, ART - À bas les restaurations, À bas toutes les restaurations ! En juillet 2015, le général Qassem Soleimani se rend à Moscou pour y discuter de la situation dans la région d'Alep. Par la suite, l'armée capture les villages de Rasm 'Abboud et Umm Arkileh près de l'aéroport. [...] Nous nous attendons à ce que la Russie fasse sa part pour faire respecter et assurer l'application du cessez-le-feu qu'elle a contribué à établir »[59]. SYRIE - La Russie intensifie ses frappes en soutien à une offensive de l’armée syrienne - Duration: 5:21. La police militaire russe veille au respect des accords de « réconciliation », l'armée syrienne ne se déploie pas dans les quartiers sud de Deraa et dans les anciens villages rebelles, mais les Moukhabarat, les services de renseignements syriens, se réimplantent progressivement dans la région[174]. Le 11 octobre, après des affrontements, l'armée syrienne capture le village d'Abu Jurayn, au sud d'al-Safira[10]. Coronavirus - Preuve que ce n’est pas le confinement qui nous sauve, Coronavirus - Nouvelles épidémies / nouvelles censures, Photos - Films - Je suis pour le floutage de la flicaille qui nous massacre, Coronavirus - Les profiteurs sont les commanditaires du confinement, Coronavirus - ATTENTION, le vaccin Moderna est à ARN messager, Défaite des armées arabes en Palestine en 1948. plus de 200.000 morts en 2019, une hausse de 50 % en trois ans : c’est quoi ? Votre message n'a pas pu être envoyé. Les soldats de l'EI parviennent à se regrouper et lancent une contre-attaque rapide grâce à laquelle ils regagnent une partie du territoire perdu et freinent l'avancée des forces gouvernementales. Tous les villages du bassin de Yarmouk sont reconquis par l'armée syrienne et environ 60 hommes de l'État islamique se rendent selon l'OSDH[9]. Le 26 juillet, l'armée syrienne entre dans la ville fantôme de Kuneitra et y hisse symboliquement le drapeau officiel syrien[140]. Selon un rebelle, si les insurgés en perdent le contrôle, tous les progrès accomplis par l'insurrection au cours de l'année précédente dans le secteur d'Alep pourraient être perdus en quelques jours[7],[9]. Elle capture alors de nombreux villages environnants[6]. Les forces gouvernementales syriennes ont lancé hier une offensive majeure pour prendre en tenaille les quartiers rebelles d'Alep. Chers lecteurs, afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération. À vous de vous décider en fonction de la manière dont vous évaluez vos intérêts et les intérêts de vos familles. Le 13 juin, le président syrien Bachar el-Assad menace de passer à l'offensive à Deraa en cas d'échec des négociations ; il déclare alors à la chaîne iranienne Al Alam News : « Nous donnons une chance au processus politique. En revanche, l'État hébreu s'accommode du retour de l'armée syrienne ; le ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman, déclare que « De notre point de vue, la situation semble revenir à un niveau semblable à celui d'avant la guerre civile, ce qui signifie qu'il y a un vrai interlocuteur, quelqu'un de responsable et un pouvoir central »[167]. Comment la coalition essaye d'étouffer un peu plus l'EI), « Seul Moscou semble encore en mesure d'imposer un changement » en Syrie, L'armée syrienne entre dans la province de Raqqa, fief de l'EI. Mais dans les principales localités, comme Deraa Al-Balad, Tafas, Busra Al-Sham ou Tal Shihab, moyennant le remplacement du drapeau de la révolution par la bannière du régime et le retour des fonctionnaires fidèles à Damas, les ex-rebelles ont pu conserver leurs armes légères et le petit pouvoir qui va avec »[175]. Pour l'éditorialiste syrien Sobhi Hadidi, du Alquds Alarabi publié à Londres : « Malgré toutes leurs divergences, le consensus est d’en finir avec l’affaire syrienne en la confiant au Kremlin »[75]. Le 20 septembre, une coalition d'au moins dix groupes rebelles dirigée par Ahrar al-Sham et la Brigade Tawhid lance une offensive appelée wal-'Adiyat Dabha contre les positions du gouvernement entre la périphérie sud de la ville et la ville d'Al-Safira tenue par les rebelles. Dans la province voisine d'Alep, les FDS cherchent à s'emparer de la ville de Minbej, principale voie de ravitaillement entre Raqqa, capitale de facto des jihadistes, et la Turquie. Ainsi le 24 juin, l'armée israélienne annonce avoir tiré un missile Patriot contre un drone syrien qui s'approchait de sa frontière, sans cependant l'atteindre[159]. Cette évaluation et cette décision appartiennent à vous seuls »[17],[48]. Mais malgré cette trêve, Bachar el-Assad annonce à plusieurs reprises son intention de reconquérir l'ensemble du territoire syrien[23]. [...] Personne ne peut forcer l’Iran à faire quoi que ce soit »[30]. Le 31 juillet, Shajarah est entièrement sous le contrôle du régime[54]. Selon Le Monde, « une ébauche d’accord a semblé émerger entre l’Etat hébreu et le Kremlin, le premier acceptant le retour des troupes gouvernementales sur le Golan, en échange d’un engagement du second à évincer du sud de la Syrie les milices pro-iraniennes venues au secours de Bachar Al-Assad »[34]. Au 26 juillet, les loyalistes ont alors pris 26 villages à l'EI qui n'en contrôle plus que sept[148]. Selon Foreign Policy, pour contrer les milices chiites pro-iraniennes et l'État islamique, Israël avait secrètement armé et financé au moins douze groupes rebelles dans le sud de la Syrie : « les paiements et les services fournis par Israël ont poussé les rebelles à croire que l'Etat hébreu allait intervenir si les troupes loyales au président syrien Bachar el-Assad tentaient d'avancer dans le sud de la Syrie. Le 30 juillet, les djihadistes n'occupent plus que trois villages et les loyalistes entrent dans la localité de Shajarah[54],[149],[9]. Le 23 juillet 2018, un responsable israélien déclare anonymement à l'agence Reuters que les autorités israéliennes ont rejeté une proposition russe visant à empêcher les forces iraniennes déployées en Syrie d'approcher à moins de 100 km du plateau du Golan, tenu par l'armée israélienne[164]. Cependant, si la radio de l'armée israélienne annonce initialement avoir évacué 800 personnes, le gouvernement jordanien affirme par la suite que seulement 422 personnes sont arrivées sur son territoire[131],[133],[134]. Cependant le lendemain, Walid al-Mouallem, le ministre syrien des Affaires étrangères, exclut tout accord concernant le Sud avec les Américains tant que ces derniers restent présents dans la région d'al-Tanaf, au sud-est de la Syrie, près de la frontière avec l'Irak et la Jordanie[42]. Mais le 1er juillet, le régime contrôle plus de la moitié du gouvernorat de Deraa, contre 30 % au début de l'offensive[93]. Dans le sud-ouest du gouvernorat de Deraa, l'organisation djihadiste contrôle alors toujours une poche, dont les combattants sont regroupés au sein de l'Armée Khalid ibn al-Walid[10]. Depuis 2013, la base militaire aérienne de Kuweires est assiégée. L'offensive de Deraa a lieu lors de la guerre civile syrienne. Malgré l'accord russo-israélien, des milices chiites prennent part aux opérations[48],[49]. Vous avez déjà un compte L’Orient-Le Jour ? Cinquante soldats et supplétifs ont par ailleurs trouvé la mort dans les combats tandis que huit civils ont été tués par des obus rebelles sur Mocambo et Azizia, quartiers de l'ouest de la ville.« Alep est essentielle et cette bataille va continuer de manière intense car elle est très importante », a affirmé une source militaire syrienne à l'AFP. Les négociations reprennent cependant le lendemain dans la localité de Bosra — ou Bousra al-Cham — tenue par les rebelles, avec cette fois la médiation de la Jordanie[99]. La Russie aurait alors convaincu l'Iran de se tenir à l'écart de l'offensive de Deraa, afin d'éviter tout incident avec les Israéliens[27],[25],[26],[34]. Votre commentaire n'a pu être envoyé car il fait plus de 1 500 signes.Veuillez le réduire et le renvoyer. Les djihadistes font exploser deux VBIED[54]. Seuls quelques incidents éclatent dans le plateau du Golan, tenu par l'armée israélienne, qui cherche à s'opposer à la présence de l'Iran et de ses milices dans la région. Les rebelles vont à la mort. OLJ / le 18 février 2015 à 00h00, Des soldats de l’armée syrienne abattus par les rebelles. Fin mai, l'armée syrienne achève ses préparatifs[38],[39]. Le 1er juin, la Russie appelle les États-Unis et la Jordanie à une réunion tripartite pour discuter d'un éventuel règlement négocié[42]. La deuxième phase de l'offensive débute alors lorsque l'armée syrienne, épaulées par les ex-rebelles, tourne ses forces contre la poche tenue par l'Armée Khalid ibn al-Walid, affiliée à l'État islamique, dans le sud-ouest du gouvernorat de Deraa. C’est tellement puéril. La colline est reprise par les loyalistes le 16 juillet[121]. Près d'al-Hara, des troupes du régime sont également prises en embuscade sur une colline par des djihadistes de Hayat Tahrir al-Cham qui abattent au moins douze soldats et miliciens[119],[120]. Coronavirus - Le gouvernement continue de supprimer des lits d’hôpitaux, La crise sociale est en train d’exploser la "pyramide de Maslow", Comment diriger le monde grâce au coronavirus (vidéo 18’57), une version mutée du Cov-2, qui pourrait menacer l’efficacité d’un futur vaccin, De Gaulle - Aujourd’hui de la droite à la gauche tout le monde se dit gaulliste, La pénurie de médicaments est organisée par les trusts pharmaceutiques (vidéo 2’34), Business : l’indice Covid19 est à 4527 points. Il critique la désunion et les tenisons internes à la rébellion ainsi que l'attitude de la communauté internationale[18]. Cependant l'accord n'avait pas respecté par les Iraniens et les Syriens[25],[26]. Le 22 juin, l'ONU, les États-Unis et l'Union européenne dénoncent la violation du cessez-le-feu par l'armée syrienne et appellent à l'arrêt des combats[59]. Coronavirus - Mélenchon dénonce qu’un comité secret gouverne la France (vidéo 3’16), Coronavirus - Toussaint sur CNEWS le 28 octobre 2020 (vidéo 10’41), LA DICTATURE D’EN MARCHE VEUT INTERDIRE TOUTE CONTESTATION. Le 9 octobre sont rapportés des massacres par les rebelles de soldats du gouvernement dans un village qui venait d'être capturé par l'armée[7]. Bousra al-Harir est prise par les loyalistes le 26 juin, ainsi que la localité de Mlihat al-Atch et plusieurs villages de la région de Lajat[82],[83],[48],[62]. Que les Américains l’assument à haute voix, au lieu de prétendre qu’ils les protègent ! Les combats cessent le 2 août[157]. La quasi-totalité de la province de Raqqa est aux mains de l'EI, à l'exception des villes de Tall Abyad et d'Aïn Issa d'où l'organisation jihadiste a été chassée par les FDS. IL ISSA KILLA BANADOURA... "OFFENSIVE DE L’ARMÉE" ! Cependant le 23 juin, les États-Unis font volte-face et annoncent aux rebelles du Front du Sud qu'ils ne doivent pas s'attendre à un soutien militaire américain[17],[60],[61],[62]. Dans la nuit du 4 au 5 juillet, le gouvernorat de Deraa est la cible de frappes d'une intensité sans précédent depuis le début de l'offensive[102]. Le 4 octobre, huit rebelles sont tués lors de combats avec l'armée dans les montagne d'al-Hmeira, près d'al-Safira[5]. En dehors de l'Armée syrienne libre, Ahrar al-Cham et quelques centaines de combattants de Hayat Tahrir al-Cham sont également présents dans la région de Deraa[3]. Après le reconquête de la région de Deraa par le régime, 150 000 opposants commencent une procédure de « régularisation » censée les prémunir contre toute arrestation et accorder aux hommes âgés de 18 à 42 ans un délai de six mois avant d'être enrôlés dans l'armée[174]. Fin septembre 2018, Omar Al-Hariri, du Bureau de documentation de Deraa, déclare : « La situation est moins difficile que ce que l’on craignait, il n’y a pas eu d’exécution de masse ou de rafle de grande envergure. Ils disent une chose en public et, en privé, ils disent le contraire. L'organisation jihadiste fait désormais face à trois offensives en Syrie: deux opérations majeures à Raqqa, où progressent également des forces soutenues par les Américains, et une autre dans la province voisine d'Alep. Coronavirus - L’Irlande est passée le 22 octobre 2020 à un reconfinement strict. Ce premier convoi, transportant 2 800 personnes dont une moitié de femmes et d'enfants ainsi que des combattants, arrive à Morek le lendemain[130]. Le 10 novembre 2015, les forces gouvernementales rejoignent l'Aéroport de Kuweires. Cette fois leur progression est rapide et les 24 et 25 juillet, les djihadistes abandonnent les 18 villages qu'ils avaient pris aux rebelles[54],[7]. Craignant d'être pris à revers, les djihadistes abandonnent alors Tasil, Jalin, Tall Jamou, Hayt et toutes les localités à l'est de l'enclave[54],[145],[146],[147]. Les forces gouvernementales, appuyées par des chars et de l'artillerie lourde, enclenchent « le plus gros barrage d'artillerie depuis plus d'un an ». Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), environ 500 combattants du Hezbollah et des conseillers iraniens sont toujours présents dans le sud de la Syrie au début de l'offensive[44]. Les Russes jouent un rôle tampon relativement efficace », « L'aide humanitaire désormais envoyée depuis Damas n’a pas compensé l’arrêt des livraisons de nourriture et d’équipements médicaux organisées entre 2012 et 2018 depuis la Jordanie. (...) Nous avons offert une aide humanitaire à ces camps installés dans le Golan syrien, tout en poursuivant notre politique de non-intervention dans le conflit syrien », « Nous continuerons à défendre nos frontières, à offrir une aide humanitaire tant que nous pourrons, mais nous n'autoriserons pas d'entrées sur notre territoire », « les paiements et les services fournis par Israël ont poussé les rebelles à croire que l'Etat hébreu allait intervenir si les troupes loyales au président syrien Bachar el-Assad tentaient d'avancer dans le sud de la Syrie. Votre commentaire n'a pu être envoyé car il fait plus de 1 500 signes.Veuillez le réduire et le renvoyer. La dernière modification de cette page a été faite le 2 avril 2020 à 21:36. Pérou - Le gouvernement est tombé grâce à la mobilisation (DOCX et PDF), Coronavirus - Les émeutiers n’ont pas besoin d’attestation (vidéo 2’03), Coronavirus - L’Italie et l’hydroxychloroquine, Coronavirus - À propos des manifs pour la messe du dimanche (vidéo 2’42), Coronavirus - À propos d’une fête clandestine de 300 personnes (vidéo 2’42), Le sénat (majorité non LREM mais LR !!!) Les forces gouvernementales dépêchent un important convoi appuyé par un soutien aérien lourd. L'armée syrienne, en coopération avec les Forces de défense nationale et les brigades du Baas, réussit une percée à travers le territoire tenu par l'État islamique dans le sud-est du gouvernorat d'Alep et parvient à lever le siège de la base militaire aérienne de Kuweires, assiégée depuis près de trois ans. Amnesty International déclare alors qu'en abandonnant « des personnes qui fuient la guerre, dans une situation de vie ou de mort », Amman « viole ses engagements internationaux »[68]. Les rebelles acceptent finalement de remettre leurs armes lourdes et confirment dans un communiqué l'existence d'un accord « pour épargner le sang du Sud »[8]. Tous droits réservés. Après l'échec de leurs offensives à l'Est, les loyalistes attaquent alors par le Nord[54]. Du 8 au 25 octobre, 76 personnes sont tuées par les bombardements sur al-Safira[12]. remet la réforme des retraites à l’ordre du jour par un amendement surprise, Coronavirus - Manif à Nice contre la dictature (vidéo 30’’), À Marseille, des restaurants servent clandestinement, Sahara occidental : 45 ans de conflits et de négociations "au point mort". Celui-ci avait pris en charge 6 800 Syriens entre août 2017 et août 2018, au cours de l'opération « Bon voisinage »[170]. Le 21 décembre 1832, une armée égyptienne vainquit l'armée turque durant la bataille de Konya. Le 4 novembre, suite à la perte d'Al-Safira, Abdul Jabbar al-Oqaidi, commandant de l'Armée syrienne libre de la province d'Alep, démissionne. vidéo 2’57. Confie ta farine au boulanger même s'il doit en manger la moitié. Le 20 juillet, des évacuations de combattants et de civils vers le gouvernorat d'Idleb débutent[129]. ET DE PICOLISSIMOS HITLEROS PERCES ET ACCESSOIRES... DES ZORROS DE ZERO... Pour être sadiques, on n'a rien inventé de mieux, en effet.... "Le premier objectif de (l'armée) bääSSdiotiste soutenue par les frappes des avions russes et des supplétifs bääSSyriens entraînés par Moscou est de capturer la prison de la ville de Tabqa sur l'Euphrate." Au cours des cinq années de sa mise en place, 4 900 civils syriens dont 1 300 enfants ont été traités dans des hôpitaux israéliens et 7 000 Syriens ont été soignés dans l'hôpital de campagne installé près de la ligne de démarcation sur le Golan[171]. En vous abonnant, vous contribuez à préserver notre indépendance financière et donc éditoriale. Ailleurs dans le gouvernorat, l'armée prend le contrôle des villages de Al-Hamam, Al-Qurbatiy et les rebelles se replient sur Al-Qintein et Al-Bouz[8]. L'observatoire syrien des droits de l'homme documente également également la mort de 8 membres du Hezbollah et de 13 soldats iraniens[23]. Les 27 et 28 juin, trois localités rebelles acceptent de repasser sous le contrôle gouvernemental et de remettre leurs armes lourdes selon l'agence Sana[90],[91]. Par la création de ce compte, vous reconnaissez avoir pris connaissance La route du Castello, le seul axe ouvert entre les secteurs rebelles et l'extérieur, est de facto coupée car tout mouvement de véhicule y est visé, a indiqué l'OSDH.

Equivalent Mention Bien Anglais, Comment Trouver Un Numéro De Téléphone Au Portugal, Michel Houellebecq Livres, Antonyme De Timidité, Cours D'informatique Pour Débutants Pdf, Comment Appeler La Grand-mère, Classement Compagnie Aérienne Sécurité,

Commentaire de célibataire :